18 - 12 - 2018

 

Puis l’envie d’animaux se fait de plus en plus présente et puis si j’attends d’être à la maison pour avoir un chien alors je vais devoir attendre la retraire (ouf c’est encore loin) …mais le problème n’est pas là ! J’ai eu plusieurs cas autour de moi : des personnes qui ont eu le même raisonnement que moi et qui l’ont suivi et puis…une fois à la maison les voilà déjà partis au paradis !

Alors pourquoi attendre me suis-je dit ? "Oui ok"... mais je ne sais toujours pas comment faire pour tout concilier !

J’ai commencé à surfer pour voir quelle race de chien conviendrait à notre environnement…quoique mon rêve a toujours été le colley ! …et là mon choix s’est orienté vers les bichons. J’envoie quelques mails à différents élevage et puis un jour une dame me téléphoner pour m’indiquer où il y avait des nichées et comme quoi le monde est petit…l’une d’elles se trouvent dans le village où j’habite, à quelques pâtés de maison de chez moi !!!

 

Je téléphone à cette dame et là… je tombe sur une passionnée de chez passionnée !
Je lui explique ma situation et tout le blabla…et cette dame au lieu de me dire :
- « Mais madame vous travaillez mais c’est impensable d’avoir un chien dans ces conditions ! ».

Et non elle a cherché avec moi des solutions pour que le petit chien soit bien !

Et c’est comme ça que Benji, notre bichon bolonais, est arrivé à la maison mi-octobre 2002.

Et tout s’est tellement bien passé avec lui que mon envie de Colley est revenue… Nous sommes en 2003.

De nouveau, retour sur le Net… Après avoir visité quelques sites, il y en a un aux couleurs chatoyantes qui m’attire et j’envoie un mail à l’éleveuse où je demande des renseignements sur le colley et où je présente notre environnement.

Et oh miracle, elle a justement un colley de 3 mois qui lui est revenu car … ce chiot avait été vendu à un monsieur qui avait attendu sa retraite et lorsque le chiot est arrivé chez lui, quelques jours plus tard il a eu un crise cardiaque, il a été hospitalisé…et il avait émis le souhait que si quelque chose lui arrivait, le chiot devait retourner chez l’éleveuse…

Donc, 15 jours plus tard le chiot était de retour dans les Vosges ! Comme ce sont les vacances, le 27 juillet 2003 (date du 1er anniversaire de Benji), nous voilà partis 3 jours dans les Vosges. Et le 29 juillet, nous revenons avec notre Sugho à la maison !

Et les plumeaux dans tout ça, allez-vous me dire !? J’y viens, j’y viens…

Entre temps, des aquariums sont venus garnir notre intérieur, des cages avec callopsittes, perruches…le zoo s’agrandit !

Mon mari a toujours aimé les perroquets, car sa tante a récupéré un gris d’import et il l’a toujours fasciné ! Pour ma part, un perroquet, c’est comme un singe, on ne les voit que dans la nature ou au zoo mais en aucun cas à la maison ! Ça ne va pas non !

Mais bon, comme j’avais mes chiens et si lui voulait un perroquet… Pourquoi pas ! Peut-être je pourrai le mettre dans la même volière que les callos ! (Vous voyez mon niveau !!). Il fait ses recherches et finalement on va rendre visite à un élevage qui se trouve près de Neufchâteau (Belgique) courant décembre 2003.

Et là, il y a des aras, des cacatoès, des eclectus à vendre. La dame les sort tous à tour de rôle… Moi je reste en retrait fascinée certes mais à distance ! Vous avez vu les becs et les pattes de ces bêbêtes là !!! Je pose ma question : « Puis-je le mettre avec les callos ? »… Réponse je vous le donne en mille… « Ben non, madame ! »… Bon tant pis on ira acheté une autre cage alors !

Mon mari a toujours été fasciné par les aras mais vu la taille, son choix s’est porté sur un cacatoès. On le réserve car il faut qu’on ait le temps d’acheter la cage et de tout installer avant qu’il n’arrive. Et puis comme à partir de janvier 2004, je suis en congé de maternité…c’est bien ainsi l’oiseau pourra s’habituer à nous…

Donc nous avons 2 semaines pour acheter la cage…Nous achetons cage, jouets, … et installons le tout.

Début décembre 2003, nous sommes allés chercher Jo dans une boîte en carton !!! (Oh lala que j’ai honte). Arrivés à la maison, mon mari le sort de sa boîte comme on sort une perruche sauvage des petites boites de transport. Et là on lui fiche la paix car "Bonjour le stress" pour lui et pour nous d’ailleurs !

Les premiers jours à la maison. Très vite Jo demande des câlins, il tend la tête je commence tout doucement à le caresser mais dès qu’il approche le bec ou les pattes… Non non je tiens à mes doigts.

Puis un jour que j’étais seule à la maison, je me dis : « Puisqu’il doit sortir de sa cage…je vais lui ouvrir la cage et on verra bien ! » Aussitôt dit aussitôt fait…et Jo n’a rien trouvé de mieux à faire que de voler or il n’était pas très doué…il avait 8 mois mais n’avait pas eu beaucoup d’occasions pour s’exercer… et paf Jo atterrit en catastrophe par terre. Et là…

Panique mais comment je vais le remettre dans sa cage ! J’ai une idée lumineuse : je vais mettre des gants et le prendre comme un poulet et l’affaire sera réglée !

Equipée de mes gants, j’arrive derrière Jo et l’attrape et là…coup de bec ! Aïe !! Ça fait mal ! Bon il va falloir trouver une autre solution ! Je téléphone à mon mari… Dis "ton" oiseau est sorti de la cage, il est par terre et je n’arrive pas à le rentrer !

Après plus d’une heure de réflexion, je finis par mettre un balai contre sa cage et en le poussant petit à petit vers sa cage …il fini par y rentrer !

Quelle aventure mes amis !!!

Là je me suis dit…ma grande il va falloir faire des recherches car ça ce n’est pas un oiseau comme les autres… Retour sur le Net…où j’ai trouvé un article écrit par Johanne Vaillancourt « Le cacatoès, perroquet de luxe »**… J’ai tout lu et imprimé…et c’est devenu ma bible…elle disait que ces bêbêtes doivent faire partie intégrante de la famille !!! C’est bien quand ils participent aux repas familiaux, etc...

Mais qu’avait-on acheté là !!! Mais s’il faut passer par là pour qu’il se sente bien alors allons-y !

J’ai mis mes craintes au placard et j’ai commencé à m’impliquer dans la relation avec cet oiseau…et là c’était foutu…

J’étais atteinte de la maladie suivante « passion des perroquets » !

Comme j’étais enceinte de mon 3ème enfant, je faisais souvent des siestes, on les faisait ensemble…et on a fait plein de trucs ensemble !

Puis le 15 mars 2004, je fus hospitalisée pour la naissance de Rafael qui est né le 16 mars. Mais avant de partir, j’avais tout préparé : ce qu’il faire avec Jo, ce qu’il fallait lui dire, etc, etc, etc…

Lors du retour au bercail, nous avons utilisé la stratégie suivante : je suis rentrée seule, les chiens m’ont fait la fête et puis j’ai donné une bonne dose de câlins à Jo. Après c’est mon mari qui est venu… toujours seul : distribution de caresses aux uns et aux autres… Quand tout a été calme mon mari est allé cherché l’intrus… Rafael. Les chiens l’ont senti (ils connaissaient l’odeur car le soir quand mon mari rentrait de la maternité il faisait sentir les vêtements du bébé aux chiens) et ils sont partis …pas d’intérêt.

Jo, bien sûr, est venu jeter un petit coup d’œil et a juste levé sa crête jaune lorsque Rafael a pleuré.

Par la suite, j’ai allaité, changé Rafael avec Jo sur mon épaule… Il a continué à participer à mes activités. Et ainsi de jour en jour une complicité s’est nouée entre nous…voilà pour Jo.

Mes enfants ont commencé à épargner car ils voulaient acheter un petit chien chez la dame qui nous avait vendu Benji… Qui entre temps est devenue une grande amie nommée My…coup de théâtre elle offre le 1er janvier 2005, Domino, bichon havanais, aux enfants !

Et comme Benji est un chien très dominant… Je n’ai jamais eu le plaisir d’avoir des gros câlins avec lui…et comme mon amie a une toute petite chienne (bichon bolonais) très câline…elle, Djoyce, commence à venir passer les week-end avec nous et la semaine elle retourne au pensionnat, comme nous l’appelons…Pourquoi seulement le week-end, me direz-vous ? Eh bien, tout d’abord parce que Domino et Sugho ne sont pas castrés. Ensuite quand Djoyce aura des bébés, elle devra rester chez My quelques semaines ainsi elle ne sera pas perturbée. Et je peux vous assurer que Djoyce sait quand on est vendredi, elle attend qu’on vienne la chercher ! Mais revenons aux plumeaux…

Je passe sous silence, la venue et le départ de Kuzco, notre youyou, car là franchement j’ai encore beaucoup de mal à en parler et encore plus à l’écrire…une autre fois si vous le voulez bien…merci !

Mais vous vous souvenez que mon mari était fasciné par les aras ?!

Et en 2005, mon mari a eu 40 ans en novembre ! Alors il s’est dit comme cadeau d’anniversaire …un petit ara…surtout que mon cacatoès est un peu traître avec moi !

Allez on lance la recherche…et c’est ainsi que je trouve un monsieur qui élève un ara né en incubateur pour un autre monsieur qui est le vendeur.

Le 17 septembre 2005, nous rendons visite à l’éleveur pour voir l’environnement. Ce sont des gens passionnés, ça nous plait…on joue tous un peu avec le bébé ara et je le cajole déjà…trop tard…on craque…on file chez le soi-disant magasin du vendeur et on paie l’acompte.

Ensuite l’éleveur qui élève les oiseaux au sein de la famille, nous demande la faveur qu’on vienne chercher Lilo chez lui ! Demande à laquelle j’accède de suite car franchement ça ne m’aurait pas plu du tout que Lilo aille dans ce qu’il appelle un magasin ! Lilo est né le 14 juillet donc on doit attendre…pas grave car les travaux à la maison ne sont pas encore finis et puis on doit acheter la cage…

Et voilà le 22 octobre 2005, nous allons chercher Lilo. Il vient de suite chez moi, se laisse cajoler… Vu que c’est le cadeau de mon mari je le lui tend… Et là cadeau de bienvenue un coup de bec sur le doigt… ça commence bien !

Bon soit, c’est moi qui le mets dans la cage de transport. Et arrivés à la maison, c’est moi aussi qui le sort de la cage (au passage il m’a pincé la joue !) et je l’ai mis dans sa maison.

Lui dès le lendemain on le sortait…eh oui l’habitude aidant !

Mais là c’est moi qui ai failli faire un « baby-blues »…Si si…vous avez bien lu ! Lilo ne voulait pas aller chez mon mari et moi je dois avouer que je me suis sentie envahie !!! C’en était de trop et en plus ça me faisait mal au cœur pour mon mari ! Vous vous imaginez vous voulez un plumeau et lui ne veut pas de vous !!! C’est triste non ?!

Vive les forums… J ’ai lancé le sujet l’hyper attachement de Lilo ! Et on m’a dit patience patience !!! Et c’est vrai une à 2 semaines plus tard, il allait chez mon mari…ouf pour moi !

Ceci dit il se fait plus souvent pincé que moi ! Mais bon je pense qu’il est juste un peu plus douillet que moi …Ah lala ces hommes !!!

Et voilà comment je suis tombée amoureuse de ces oiseaux !

J'espère que ce récit vous a plu, et que vous avez pris autant de plaisir à le lire que j'en ai eu à l'écrire !

Cristina et sa famille

Vous pouvez rejoindre Cristina et sa famille en cliquant ICI

** Vous pouvez retrouver cet article sur Perroquet'Mag N° 1 (NDLR)
Pour commander Perroquet'Mag : Cliquer ICI

Une cuillerée pour bébé, une cuillérée pour Lilo...