16 - 12 - 2017
Bienvenue, Invité
Nom d'utilisateur : Mot de passe : Se souvenir de moi

SUJET : Charlotte, une nouvelle aventure

Charlotte, une nouvelle aventure il y a 9 ans 9 mois #9295

  • suzy
  • Portrait de suzy
  • Hors ligne
  • Administrateur
  • Comportementaliste et éleveur
  • Messages : 5996
  • Remerciements reçus 59
Aventures et mésaventures de Charlotte, le Gris du Gabon

Comme vous le savez peut-être Charlotte a tout juste un an, et depuis un peu plus de trois mois, elle apprend à voler librement en extérieur.

Jusqu\'à aujourd\'hui, tous ses vols avaient eu lieu à la campagne, dans un environnement bien dégagé : il y avait très peu d\'arbres, et ceux qui étaient là, n\'avait guère plus de 3 m de hauteur.

Hier en début d’après-midi, comme il faisait très beau, et que je n\'étais plus à la campagne depuis près d\'un mois, j\'ai pensé que Charlotte allait avoir envie d\'effectuer une nouvelle séance de vol libre.
La difficulté est que, dans ce nouvel environnement, il y a un grand espace de pelouse, mais tout autour de très grands arbres de près de 20 m de hauteur, un grand bois tout près de notre jardin, et de nombreuses propriétés, plantées d\'arbres, mais totalement clôturées, donc difficilement accessibles en cas de fugue de l\'oiseau.

Comme je reste persuadée que Charlotte doit apprendre à voler dans différents endroits, différentes conditions, je décide de tenter l\'expérience.

Nous sortons nous sortons toutes les deux, Charlotte tranquillement posée sur mon épaule, beaucoup plus intéressée à me faire des bisous dans le cou, et de quémander les petits morceaux de fromage qu\'elle adore, et qui sont bien cachés dans une de main.

Les petits morceaux de fromage ont leur importance dans nos expériences de vol : le fromage et la friandise préférée de Charlotte, et, à la campagne, quand je la fais sortir pour une session de vol libre, il suffit que je prononce le mot « fromage » pour que la belle Charlotte descende soit directement sur mon épaule, soit , par un bon vol rapide majestueux, entre directement dans la cuisine par la grande porte fenêtre toujours ouverte pendant nos sessions de vol.

Généralement Charlotte est sur le frigo bien avant que moi je sois devant la porte de ce « coffre-fort à fromage ».

Mais revenons à notre séance de vol libre du 22 février 2008 à 13 h 30.
Il fait beau, pas froid, il n\'y a pas de vent et tout est calme autour de nous.

Nous sortons donc toutes les deux, Charlotte sur mon épaule, et comme à notre habitude nous nous promenons dans le jardin pour découvrir le lieu. Il est important que Charlotte puisse repérer les lieux.

Et pendant ce repérage, elle est très attentive à tout ce qui se passe aux alentours, regarde, tourne la tête, immobilisent sans regard ici ou là.
Nous nous promenons ainsi pendant plus d\'un quart d\'heure, et visiblement Charlotte n\'a pas très envie de s\'envoler. Je n\'insiste pas, je continue à marcher tranquillement, de droite à gauche, en cercles concentriques, de plus en plus grands, et tout en marchant, je parle à Charlotte en lui expliquant, d\'une voix calme, détendue que tout est parfaitement normal et sans danger.

En fait, le ton de ma voix, et la perception qu\'elle a de mon calme intérieur, lui permet évidemment de ne pas avoir peur.

Comme je l\'ai dit plus haut, les grands espaces ne semblent pas tenter Charlotte aujourd\'hui. Je décide donc de rentrer tranquillement à la maison et je me dirige à pas lents vers la porte d\'entrée.

Charlotte a compris la manoeuvre ? Tout à coup je sens une légère impulsion du corps de Charlotte qui pèse sur ses deux pattes posées sur mon épaule, et je sais qu\'elle ne va pas tarder à prendre son envol.

J\'avais parfaitement interprété la pression des pattes de Charlotte, et la voilà qui s\'envole tout droit vers le sommet du plus haut des arbres du jardin, soit à probablement une bonne vingtaine de mètres. Charlotte semble toute petite perchée sur sa branche et je l\'observe malgré le soleil qui me fait cligner des yeux.

Charlotte reste sur sa branche pendant plusieurs minutes, dix ou quinze minutes peut-être. Elle est quasiment immobile, sauf la tête qui tourne de droite à gauche pour observer les alentours.

Puis vient le moment de l\'envol : Charlotte va d\'arbre en arbre, de plus en plus loin, on grands cerclent concentriques, se posant uniquement lorsque , je présume elle est fatiguée.

Comme je l\'ai dit, nous sommes au milieu des bois et il y a de nombreux oiseaux aux alentours. L\'arrivée de Charlotte perturbe un peu la vie de tous ces oiseaux.

Les premiers à s\'envoler sont les pigeons, mais cela ne semble pas effrayer Charlotte qui continue à voler d\'arbre en arbre, tout en se reposant de temps à autre.

Son envol la conduit de plus en plus loin, et à un moment elle contourne un grand arbre, dans le jardin des voisins, et un vol de choucas s\'élève dans le ciel en poussant des cris stridents.

Je crains immédiatement que Charlotte ne décide, soit de prendre la fuite sous l\'effet de la peur, soit de suivre le vol de choucas. Rien du tout. Charlotte n\'a même pas un regard pour ce groupe de choucas et continue ses grands cercles autour des arbres dans le ciel bleu de cette belle journée de février.

Je l\'appelle de temps à autre, mais il semblerait qu\'à ce moment précis je ne sois pas l\'intérêt principal de Charlotte : elle a bien autres chose de plus intéressantes à faire que de venir se poser sur mon épaule, ce qu\'elle peut faire quand elle veut, toute la journée, à la maison.
L\'observer est un plaisir, mais voilà une heure que je suis dehors avec la demoiselle et moi, je commence à en avoir assez. C\'est l\'heure de rentrer, du moins c’est mon à moi pour rentrer, et visiblement nous ne partageons pas cette avec Charlotte.

J\'ai beau marcher de long en large dans le jardin, l\'appeler, l\'inviter à venir manger, lui proposer du fromage : rien n\'y fait. On pourrait dire à ce stade de l\'expérience, qu\'aucun de mes renforcements positifs n\'ont de valeur dans le choix que je propose à Charlotte.

Charlotte veut voler, Charlotte veut profiter de ce nouvel environnement, et Charlotte fait mine de ne pas m\'entendre : pour Charlotte, et pour le moment, j\'ai l\'impression de ne plus exister.

Pourtant, par moments, elle condescend à se rapprocher de moi : quand je dis se rapprocher c\'est en fait de descendre de quelques dix mètres, sans jamais venir se poser sur mon bras ou sur mon épaule.
Voilà un peu plus d\'une heure que nous sommes dans le jardin, et je suis en train de me poser la question de savoir si j\'avais finir par dormir sur la pelouse.

Charlotte continue de voler d\'arbre en arbre, prenant à chaque fois un peu plus de liberté, et s\'éloignant à chaque fois un peu plus de moi.
Tout est calme… Enfin tout était calme, car à ce moment précis de notre histoire, il faut que je vous dise que mon très cher mari arrive avec une grosse voiture diesel qui ronfle comme un camion !

Il n\'était pas prévu que Charlotte reste si longtemps dans le jardin, et donc j\'avais mentalement éliminé le risque du retour en voiture de mon mari.

Comme, en matière de vol libre, on peut prévoir beaucoup de choses, sauf l\'imprévisible !

Je surveillais les les autres oiseaux, d\'éventuels rapaces, j\'avais enfermé le chien, et sorti Charlotte un samedi après-midi car c\'est un moment très calme dans notre quartier.

Mais la voiture est arrivée et Charlotte a sans doute pris peur. Il m\'est impossible de savoir ce que Charlotte a pensé à cet instant précis, mais ce qu\'il m\'est facile de constater, c\'est qu\'elle a immédiatement pris son envol, pour aller se poser dans l\'arbre le plus haut du jardin.


Ce que je n\'avais pas prévu non plus, bien que qu\'il l\'eût été facile d\'y penser, c\'est que mon mari allait sortir de sa voiture et claquer bruyamment la porte pour la fermer. Une porte qui claque dans un environnement comme celui où nous sommes pour le moment, résonne certainement d\'une manière inhabituelle aux oreilles de Charlotte.

Immédiatement après ce bruit, Charlotte prend son envol et s\'enfuit dans une direction totalement opposée à celles qu\'elle avait prises jusqu\'à maintenant. Hélas, de ce côté-là, les arbres ne sont pas des feuillus (sans feuilles à cette époque), mais une concentration de certains de sapins de toutes sortes.

Je ne vois plus Charlotte et la suivre à devenir une gageure.

Me voilà partie dans le quartier, arpentant les allées, les entrées de propriétés encore accessibles, et partout je crie, j\'appelle :

-Charlotte ! Charlotte ! Viens ! Viens manger ! Fromage !

Rien n\'y fait. Pas de Charlotte. Aucune réponse à mes appels. Tous les oiseaux, posés sur des branches ou volant dans le ciel me semble être la silhouette de Charlotte.

Charlotte a bel et bien disparu.

J\'entends d\'ici les commentaires :
- C\'était prévisible !
- On l\'avait prévenu !
- Quelle inconscience !
- C\'est malin !

J\'en passe et des meilleures !!

Moi, ce que je pense à cet instant précis, c\'est :
- elle est habituée à ma voix,
- elle a déjà volé en extérieur, et a l\'habitude de se poser sur mon épaule,
- elle devrait revenir, même si elle prend un peu de bon temps dans les arbres.

Mais le temps passe, point de Charlotte à l\'horizon, et voilà plus de deux heures que je la recherche.

Je commence à prévenir les passants qui me croisent dans les allées, surpris de voir une femme, le nez en l\'air, criant Charlotte ! Charlotte !

Ici, on a beaucoup plus l\'habitude de rechercher un chien fuyard, qu\'un perroquet fugueur.

Il amusant de voir que les personnes qui promènent leur chien en laisse, et qui me demandent ce que je fais, s\'empressant de me raconter comment leur chien s\'est un jour échappé, et comment il ont retrouvé.

Tous me demandent à quoi ressemble Charlotte, et lorsque je dis que c\'est un petit perroquet gris à queue rouge, on me répond que ce serait mieux que ce soit un gros perroquet blanc, ou un grand rouge, ou un grand blanc et jaune, car il serait plus facile de les repérer dans les arbres.

Je suis bien d\'accord avec eux! Je me souviens le mal que j\'ai eu, il y a maintenant bientôt deux ans, pour retrouver Jules, mon ara ararauna.
La recherche de Jules était plus angoissante puisque que ce jeune ara n\'avait jamais été entraîné au rappel, et qu\'il n\'avait bien sûr jamais volé dehors, en entraînement pour le vol libre.

À l\'époque, j\'avais eu la possibilité de pister et Jules d\'arbre en arbre, et j\'avais pu le récupérer, probablement parce qu\'il avait faim, après 36 heures de poursuite.

Mais Charlotte est un petit perroquet gris, qui a la nuit tombante, est difficilement repérable.

Il serait complètement faux de dire que j\'étais sereine et tranquille à ce moment là. J\'ai commencé comme beaucoup l\'aurait fait, à me dire :

- J\'aurais dû…
- Je n\'aurais pas dû..
- Il fallait que…
- Il aurait fallu que…
- Il ne fallait pas…
- Etc…

À moins d’un kilomètre de chez moi se trouve un terrain de golf : j\'avais déjà, dès le départ de Charlotte, téléphoné au gérant du golfe pour lui demander de me faire savoir si les joueurs de l\'après-midi n\'avaient pas eu la surprise de voir un gris du Gabon dans les arbres du parcours.

Il est maintenant prêt de 18 h 30, et à cette époque, la nuit est presque tombée. Je décide d\'aller faire un grand tour, à pied, sur le terrain de golf tout en appelant Charlotte… Ma promenade dans ce lieu magnifique ne fait que déranger les oiseaux locataires des lieux pour la nuit.

Je rentre la maison, les jambes fatiguées, et le coeur lourd de savoir Charlotte toute seule sur une branche, sans manger, pour passer sa première nuit d\'hiver, en qualité de sans-abri.

À l\'instant présent, il ne reste plus que le choix de se ronger les ongles, se culpabiliser, s\'énerver contre tout le monde, et certainement contre soi-même, et de passer une nuit d\'angoisse et d\'insomnie.

Reconnaissez que tout cela n\'a rien de positif : je ne peux plus rien faire maintenant pour Charlotte... Surtout pas venir sur ce forum pour écrire en titre d\'un message : « Charlotte s\'est envolée ».

Je n\'ai pas écrit ce message, non pas pour « cacher la chose », mais pour ne pas avoir à affronter des tas d\'idées, souvent chargées de bonnes intentions, mais qui n\'auraient eu aucun aspect positif pour la recherche de Charlotte, puisque la nuit était tombée.

Mon premier travail en rentrant, a été de consulter la météo sur Internet, pour connaître la température prévue pour la nuit dans notre région. De ce côté-là tout était rassurant : fini les nuits glacées, et le gel n\'était pas au programme de la nuit. Charlotte est en bonne santé, elle est jeune et bien nourrie, et son plumage est dense car elle ne se pique pas.

Donc Charlotte risque peut-être d\'avoir un peu plus froid au bec et au pattes, mais ne risque en aucun cas de mourir de froid.

Il y a bien sûr le risque des rapaces nocturnes. C\'est vrai que ce pourrait être un risque pour Charlotte. Mais je me dis qu\'avec le nombre incalculable d\'oiseaux que j\'ai rencontrés dans les branches lors de mes balades, les rapaces trouveraient bien de quoi manger sans s\'attaquer ma Charlotte qui a la chance d\'avoir un bien plus gros bec que tous les autres oiseaux du voisinage.

Quand on veut rester positif, on se console comme on peut !

La seconde chose que j\'ai faite, c\'est de prendre contact avec la personne qui m\'a donné le plus grand nombre de bons conseils pour entraîner mes perroquets au vol libre, et qui a toujours su me guider dans mes hésitations lorsque j\'entraînais Charlotte, et qui m\'a toujours donné d\'excellents conseils.

Cet ami, c’est Igor Maskin.

J\'adresse donc un e-mail à Igor : Charlotte est partie !

Dans les minutes qui ont suivi, j\'ai la surprise, et je dois dire la chaude émotion, de recevoir un coup de fil d\'Igor qui, chacun le sait, vit à Jérusalem.

Igor ne cherche pas à me culpabiliser, simplement, il me parle de son expérience personnelle, de l\'expérience de ses amis qui eux aussi font régulièrement voler leurs perroquets en extérieur.

Je vais ici donner quelques phrases qui ont marqué mon esprit quand Igor me téléphonait. Je ne veux pas ici dévoiler nos conversations téléphoniques, mais je veux exposer l\'expérience des autres pratiquants le vol libre avec leurs oiseaux.

Igor m\'a dit :
- si un jour un entraîneur de vol libre vous affirme que jamais un de ses perroquets entraînés n\'a passé une, deux ou trois nuits dehors, c\'est que ce soit il n\'a jamais fait voler aucun perroquetsen vol libre, soit que c\'est qu\'il ne vout dit pas toute la vérité : quasiment tous les entaîneurs au vol live ont un fois au moins, un perroquet qui passe la ou des nuits dehors !

- Charlotte n\'est peut-être pas partie parce qu\'elle a eu peur, mais tout simplement parce qu\'elle a eu envie de visiter les environs et d\'aller voir plus loin ce qu\'il se passait. C\'est tout l\'intérêt du vol libre pour un perroquet.

- Pour le moment, c\'est-à-dire à l\'heure qu\'il est, la seule chose qui vous reste à faire, c\'est de passer une bonne et reposante nuit, pour refaire le plein d\'énergie afin d\'être en pleine forme, l\'esprit clair, demain matin.

- Demain, après le lever du soleil, il vous faudra aller dans le jardin pour appeler Charlotte. Ne vous inquiétez surtout pas si elle ne répond pas de suite, et prenez le temps, entre deux appels, d\'être silencieuse, pour d\'une part, écouter si elle vous répond, mais surtout pour lui donner le temps de vous répondre.
- Il m\'a aussi conseillé de ne pas m\'inquiéter si Charlotte répondait pas immédiatement à mes appels.

Le dernier conseil dont je me souvienne, c\'est qu\'Igor m\'a dit d\'appeler Charlotte à l\'heure à laquelle elle avait l\'habitude de manger le matin.
Je l\'ai vivement remercié de son appel, et je me suis sentie un peu plus apaisée.

La dernière chose que j\'ai faite avant d\'aller me coucher, c\'est de préparer des affiches pour coller partout dans le village. Mais, toujours pour rester l\'esprit positif, j\'ai décidé de ne pas imprimer ces affiches, en méditant qu\'il serait toujours assez tôt demain, de consommer de l\'encre et du papier.

Le lendemain matin, c\'est-à-dire ce matin vers huit heures, j\'ai enfilé mes chaussures de marche, mon manteau, mis dans ma poche une poignée de graines, des petits carrés de fromage, et une pomme.

Et me voilà partie dans le jardin : Charlotte ! Charlotte ! Viens ! Viens manger ! Fromage !

Rien du tout. Pas Charlotte, pas de bruit, pas de cris, pas de réponse.

Je décide donc de commencer ma balade dans les environs tout en continuant à rappeler ma fuyarde.

C\'est fou ce qu\'il y a d\'oiseaux dans les environs : à mon passage, certains oiseaux prenaient leur envol, d\'autres me faisaient part de leur indignation :
- les corbeaux : que fais-tu ici ? Tu ne vois pas que nous ennuie ? Aujourd\'hui c\'est dimanche, tout le monde dort !

- Un couple de choucas, amoureux, s\'est arrêté de se faire des bisous le temps de mon passage,

- les merles et les grives continuaient de siffler pour prévenir leurs voisins oiseaux qu\'une intrus était en train de se promener dedans « leur espace ».

Après une bonne demi-heure de marche, et toujours sans nouvelle de Charlotte, je décide de revenir dans le jardin et de tenter une nouvelle fois d\'appeler ma fuyarde.

J\'ai oublié de préciser que la veille, en fin d\'après-midi, j\'avais sorti le perchoir de Charlotte, celui qui est dans mon bureau, ainsi que sa cage que j\'avais déposée bien visible, pas trop loin de la porte d\'entrée.

Point de Charlotte visible dans les arbres du jardin, ni du reste aux alentours, malgré ma bonne paire de jumelles.

La veille j\'avais repéré une échelle, posée contre le mur d\'une remise, échelle sur laquelle j\'étais montée pour que ma voix porte au-dessus des haies qui entourent le jardin. Je décide donc de remonter sur cette échelle pour appeler Charlotte.

J\'appelle plusieurs fois, en respectant scrupuleusement les temps de silence pour mieux entendre les réactions éventuelles de Charlotte.

Je dois reconnaître qu\'à cet instant précis, j\'étais un peu sceptique sur le retour de Charlotte, mais je m\'étais donnée objectif de me refuser toute pensée négative.

Donc je décide d\'aller prendre un café avant de recommencer la recherche de Charlotte..

Je descends donc de mon échelle, et me dirige vers la maison.. Quand... Tout à coup.. J\'entends un cri strident… Pas de doute : c\'est Charlotte !

Je me retourne vers l\'endroit que je scrutais depuis ce matin, et, en moins de temps qu\'il ne me faut pour l\'écrire, je vois arriver, dans un beau grand vol direct : ma Charlotte !!

Évidemment je l\'appelle immédiatement : Charlotte ! Viens ! C\'est bien ! Bravo !

Bref tout le répertoire que nous avons mis au point lors de nos entraînements au rappel.

Charlotte vient se poser immédiatement sur l\'arbre qui est le plus près de moi, et contrairement à hier, elle ne se pose pas au sommet de l\'arbre, mais sur sa branche la plus basse : elle est à trois ou quatre mètres de moi, posée en équilibre instable sur une toute petite branche.

Immédiatement je mets la main dans ma poche pour prendre un petit carré de fromage et je prononce à haute et intelligible voix le mot magique : Charlotte : fromage !

Il ne faut pas plus de trois secondes pour que la Miss vient se poser sur mon épaule et regarde ma main droite : la main du fromage.

Voilà c’est terminé ! Charlotte et moi nous rentrons, elle sans doute contente de retrouver sa cage et sa nourriture, et moi tout heureuse d\'avoir retrouvé ma Charlotte.

Je sais maintenant que Charlotte peut choisir d’aller voler comme bon lui semble, mais je sais aussi qu’elle sait revenir vers moi… Même après une grande nuit dans la nature, et donc nos allons de pouvoir continuer ensemble nos belles aventures.

Je dois dire que Charlotte, après son retour, a eu un comportement des plus normaux : elle est allée manger comme tous les matins, elle a papoté avec Craquotte, elle rejoint mon épaule pour le petit déjeuner, et elle a fait sa sieste comme d’habitude en milieu de mâtinée. Une sieste peut-être un peu plus longue et un sommeil plus profond que d\'habitude !

Ah les jeunes, quand ils sortent le samedi soir, on ne peut plus les faire se lever le dimanche matin ! :)

Elle n’est ni plus nerveuse ou silencieuse que d’habitude, elle n’est pas en boule, et pendant que je vous écris cette aventure, elle passe de mon épaule à son perchoir pour manger un peu.

Tout va bien donc, et j’en suis vraiment heureuse.
Suzy
"Passionnément Perroquets"

« Nous ne voyons pas les choses telles qu’elles sont. Nous les voyons telles que nous sommes. »
Le Talmud
L'administrateur a désactivé l'accès en écriture pour le public.

Re: Charlotte, une nouvelle aventure il y a 9 ans 9 mois #9296

Ouf, quelle coquine cette Charlotte de vous et de me faire des frayeurs pareilles !

J\'admire votre calme même si je pense que votre palpitant a du battre un peu plus vite la nuit venant et votre persévérance à vouloir continuer.

Bonne continuation .
Véro qui se sent bien seule sans ses rayons de soleil Mario et Titeuf...
L'administrateur a désactivé l'accès en écriture pour le public.

Re: Charlotte, une nouvelle aventure il y a 9 ans 9 mois #9297

  • darmey
  • Portrait de darmey
  • Hors ligne
  • Duvet doux
  • KiteForum Member
  • Messages : 77
bv; pour tes réactions et ton sang-froid personnellement j\'aurais été malade,rien que de lire cette histoire j\'en ai encore les frissons,quelle confiance bv; bv;
L'administrateur a désactivé l'accès en écriture pour le public.

Re: Charlotte, une nouvelle aventure il y a 9 ans 9 mois #9299

  • suzy
  • Portrait de suzy
  • Hors ligne
  • Administrateur
  • Comportementaliste et éleveur
  • Messages : 5996
  • Remerciements reçus 59
Bonjour Darmey

Cette confiance, nous la mettons en place chaque jours depuis les premiers jours de juillet dernier, quand Charlotte est arrivée dans ma vie.

Elle a confiance en moi, et jamais je n\'ai trahi cette confiance. Elle sait aussi que bien souvent je compte sur elle, et que quand elle fait ce que je lui demande, elle a des félicitations, des applaudissements, parfois des récompenses "mangeables" mais aussi des caresses, des gratouilles.

J\'entraîne Charlotte tous les jours, plusieurs fois par jour, pas à pas : elle arrive maintenant à me rejoindre en traversant un couloir sombre, presque sans lumière, et je la guide à la voix : elle ne craint pas de voler dans la pénombre, voir presque la nuit, pour me rejoindre en volant et pas uniquement en ligne droite.

J\'essaie aussi de la faire voler vers moi après la douche, quand son plumage est vraiment détrempé : si un jour, quand elle sera dehors, elle est surprise par une forte pluie, il faut qu\'elle sache que même les plumes mouillées, elle est capable de venir vers moi, en volant.

Tous nos exercices sont faits sur la base de jeux, et un perroquet aime jouer... quand il peut gagner quelque chose, et ce "quelque chose" peut-être simplement un grand bravo et une gratouille sur le dessus de la tête !

Quand elle est revenue ce matin, je l\'ai félicitée, mais ni plus ni moins que quand elle fait un petit vol dehors et revient immédiatement sur ma main.

J\'ai voulu "normaliser" son retour, car les perroquets sont très sensibles à la fluctuation de nos émotions.

Charlotte rentrait, venait sur mon bras " comme d\'habitude" alors j\'ai voulu qu\'elle ressente que pour moi aussi " tout était normal".

Mais il m\'arrive de faire de gros efforts sur moi même pour réguler les battements de mon coeur et la vitesse de ma respiration :)
Suzy
"Passionnément Perroquets"

« Nous ne voyons pas les choses telles qu’elles sont. Nous les voyons telles que nous sommes. »
Le Talmud
L'administrateur a désactivé l'accès en écriture pour le public.

Re: Charlotte, une nouvelle aventure il y a 9 ans 9 mois #9305

  • choupinou
  • Portrait de choupinou
  • Hors ligne
  • Plume d'argent
  • KiteForum Member
  • Messages : 344
quelle aventure, et quel sang froid suzy.....je crois que moi j\'aurais été malade de ne pas le voir revenir....
charlotte a une super confiance en toi et aprés une nuit dehors, elle revient vers toi comme si rien de spécial s\'etait passé....

merveilleuse charlotte............
L'administrateur a désactivé l'accès en écriture pour le public.

Re: Charlotte, une nouvelle aventure il y a 9 ans 9 mois #9306

  • muraline
  • Portrait de muraline
  • Hors ligne
  • Plume blanche
  • KiteForum Member
  • Messages : 103
Merci Suzy, j\'adore les belles histoires bien racontées et qui se finissent bien.

Muraline
Muraline
L'administrateur a désactivé l'accès en écriture pour le public.

Re: Charlotte, une nouvelle aventure il y a 9 ans 9 mois #9307

  • Pierre
  • Portrait de Pierre
  • Hors ligne
  • Plumeau d'or
  • KiteForum Member
  • Messages : 1748
Suzy,

Félicitations pour votre attitude positive !

Vous avez le discernement, le geste et la Vue juste.

Merci pour cette belle écriture. (Certains lisent des polars nous on lit Suzy)Ouuuuuf ! :oops:

Et félicitations aussi pour Charlotte que j\'embrasse. :D

Amitiés
:D

Nota: Attention: à ne pas essayer de reproduire par un couple perroquets-humains non expérimenté.
Pierre et Hercule
L'administrateur a désactivé l'accès en écriture pour le public.

Re: Charlotte, une nouvelle aventure il y a 9 ans 9 mois #9314

  • Val
  • Portrait de Val
  • Hors ligne
  • Plumeau d'or
  • Messages : 1208
Bonjour Suzy ,
Je crois que les battements de mon coeur ont du être aussi rhytmé que les votres tant que je n\'ai pas lu la fin des péripéthies de Charlotte !
Mais il faut dire qu\'au stade ou vous en êtes dans l\'entrainement de votre petite protégée je ne voyais qu\'un dénouement heureux à cette nouvelle aventure de Charlotte !
Je vous souhaite donc à toutes les deux de vivre de nombreux moments forts comme ceux-là ou tout fini bien.

Bounty et Val \\;
L'administrateur a désactivé l'accès en écriture pour le public.

Re: Charlotte, une nouvelle aventure il y a 9 ans 9 mois #9316

  • darmey
  • Portrait de darmey
  • Hors ligne
  • Duvet doux
  • KiteForum Member
  • Messages : 77
bonjour suzy,j\'ai bien lu ton post mais malgré qu\'entre cooki et moi il y a une confiance réciproque (il vient sur mon bras dès que je l\'appelle s\'il ne me vois pas il m"appelle"t\'es ou papy ?"et quand je lui répond je suis là il arrive avec virage sur l"aile pour me rejoindre) sa récompense c\'est caresses et gratouilles mais malgré tout son attachement pour moi pas question de tenter le vol libre j\'ai trop peur de le perdre pour moi se serait la cata.je te dit encore bv; pour toi et ta charlotte,je suis admiratif pour vous deux :;_ :ct(
L'administrateur a désactivé l'accès en écriture pour le public.

Re: Charlotte, une nouvelle aventure il y a 9 ans 9 mois #9319

  • suzy
  • Portrait de suzy
  • Hors ligne
  • Administrateur
  • Comportementaliste et éleveur
  • Messages : 5996
  • Remerciements reçus 59
merci pour vos réactions.

Sachez que je vous raconte cette aventure, non pas pour recevoir des " bravos" ... bien que moi aussi je fonctionne comme les perroquets, et que le renforcement positif me donne envie de mieux faire :wink: , mais si je vous raconte cela et que j\'essaie de le faire en détail, c\'est pour que vous puissiez constater que chaque détail est important

Cela est important dans la vie de tous les jours avec nos perroquets !

Je raconte aussi ces aventures, car dans le premier forum, les anciens le savent, nous avons eu de nombreux récits de perroquets envolés, perdus et heureusement parfois retrouvés.

Dans mes récits, j\'aimerais que chacun d\'entre-nous prenne conscience que la panique n\'apporte rien, et qu\'il est important de garder calme et sang-froid.

par exemple : ne pas être deux à appeler le perroquet... l\'un à droite, l\'autre à gauche : comment voulez vous que l\'oiseau s\'y retrouve ?

- Donner le temps à l\'oiseau de vous entendre...

- Lui donner le temps de vous répondre

- Quand il est en haut d\'un arbre et que vous le voyez, et que vous l\'appelez, ne vous mettez pas directement sous l\'arbre : un perroquet ne fait jamais un plongeon à la verticale, mais mettez vous assez loin, en évitant les obstacles entre lui et vous : vous lui permettrez un atterrissage en douceur ( comment fait un avion pour se poser ?)

- Si la nuit tombe, aller vous coucher ! Reposez vous, dormez ! Quitte à prendre une de ces pilules qui détende les esprits ( pas de gros somnifère, surtout l\'été, car le jour se lève tôt et les oiseaux aussi :)

- Essayez, autant que faire se peut de ne pas vous culpabiliser, de le pas culpabiliser la personne qui aurait laissé une fenêtre ouverte par exemple : cela ne sert à rien !

- Gardez votre cerveau disponible pour des pensées positives, trouver des actions efficaces !

- La peur, la panique, l\'angoisse ne serviront JAMAIS à faire revenir votre oiseau : alors éliminez tout cela de votre esprit, cela ne sert à rien de pleurer une fois que le lait a débordé !

- Quand vous partez à la recherche de votre perroquet, pensez à mettre des chaussures confortable, emporter une paire de jumelle, une petite bouteille d\'eau pour vous, une pomme, un gâteau sec ou une barre de céréales ( ça c\'est pour vous, pour vous donner de l\'énergie en cas de fatigue).

- Emportez aussi la friandise préférée de l\'oiseau

- Ne l\'appelez qu\'avec les mots qu\'il connaît déjà ! Évitez : Bon, Charlotte, j\'en ai marre, j\'ai froid, tu me fais ch... avec ta fugue ! :) Vous souriez ? Eh bien, moi, j\'ai eu envie de dire cela quand j\'arpentais les bois : je ne suis pas une bonne marcheuse, en fait j\'ai horreur de ce genre de promenades !!!! :roll:

- Quand vous marchez pour appeler votre oiseau, prenez du temps pour vous poser, vous arrêter : l\'oiseau n\'a peut-être pas envie de vous suivre partout : il est soit bien sur sa branche, soit il ne sait pas comment descendre car il a peur de cet environnement nouveau

- S\'il fait froid, ne mettez pas un chapeau ou un bonnet qu\'il ne connaît pas : il aura peur : je précise cela parce que lors de ma dernière promenade, il commençait à faire sombre, et j\'ai mis un chapeau ( je suis frileuse) et juste en sortant j\'ai réalisé : du haut d\'un arbre, Charlotte ne verra que le chapeau qu\'elle ne connaît pas : alors j\'ai enlevé mon chapeau

Tous ces détails sont importants pour arrivé au but fixer : permettre au perroquet de choisir de revenir !!!!!
:wink:
Suzy
"Passionnément Perroquets"

« Nous ne voyons pas les choses telles qu’elles sont. Nous les voyons telles que nous sommes. »
Le Talmud
L'administrateur a désactivé l'accès en écriture pour le public.
Modérateurs: Pearl grey, Yucanari, Pat530
Temps de génération de la page : 0.232 secondes