11
octobre 2014
Naissances chez les Hugo, perroquets Gris du Gabon

Paru dans Histoires vécues |

Naissances chez Hugo, le Gris du Gabon malheureux

maman-Hugo+BB-2014-10-12_2_300w

Une naissance !

Il y a presque 3 ans, chez un de mes couples de Gris du Gabon, le mâle mourait et la femelle restait seule.
Par chance (si vous me permettez de m’exprimer ainsi, compte tenu de la situation) chez un de mes amis, la femelle de son couple Gris du Gabon, mourait, aussi, hélas.
Comme je n’aime pas laisser seul un perroquet, j’ai acheté le mâle veuf.

Oui mais voilà, ce mâle avait du mal à faire son deuil, et n’est absolument pas tombé sous le charme de la femelle.

Comme j’ai plusieurs couples de Gris, il y a quelques mois, j’ai interverti deux femelles, et notre veuf avait une nouvelle compagne… Mais ce pauvre mâle semblait toujours triste… Au point de commencer à se piquer légèrement… Que faire ?

La compagnie des perroquets m’a enseigné la patience, et j’ai donc attendu.

Je m’inquiétais pour ce couple, je le reconnais : la femelle passait sa vie au nid, et, Hugo, le veuf inconsolable, restait, souvent quasi immobile, sur son perchoir, à l’extérieur, dans sa grande volière, seul et l’air absent.

Et puis… 3 œufs furent pondus…
Par un beau matin d’octobre, en passant devant le nid, des bruits significatifs… « Piou-Piou-Piou »… Un petit était né ! Il convient maintenant d’attendre, et d’espérer l’éclosion des deux autres œufs, si éclosions il y a…

Pendant la couvaison, je n’ai jamais ouvert le nid, jamais vérifié les œufs, pour laisser Dame Nature faire son œuvre, et dame femelle couver tranquillement : et je ne le regrette pas !
Voilà, mon petit veuf est devenu père de famille (il avait déjà eu ce rôle dans le passé chez mon ami).
Je suis contente pour Hugo, et j’espère qu’il aura ainsi retrouvé la joie de vivre, puisque le voilà chargé de famille.
Je souhaite que ce couple élève bien leurs petits. J’ai bon espoir : aujourd’hui Papa et Maman étaient ensemble dans le nid.
Je suis toujours aussi émue devant la vie de mes perroquets
Le 9 octobre, soit deux jours après la naissance de Numéro 1, Numéro 2 se trouvant à l’étroit dans son œuf, et, sans doute attiré par les piaillements de Numéro 1, N° 2 a rassemblé toute son énergie et sa force pour sortir de son œuf!

– Coucou, c’est moi, j’ai faim et je veux qu’on m’aime moi aussi !

Il reste donc encore un œuf au nid.
Il ne nous reste donc plus qu’à attendre la saison 3 de cette belle aventure. Hugo, le Papa, va avoir assez de travail pour oublier (j’espère) qu’il avait commencé à s’arracher les plumes du poitrail.
Allez, Hugo, la vraie vie est devant toi, ne te retourne pas : le passé est ce qu’il, ou plutôt, a été, et tu ne peux pas le changer. Certes le souvenir demeure, mais la vraie vie est devant toi, et c’est la seule chose sur laquelle tu puisses construire ton bonheur.

Il reste donc encore un œuf au nid.

11 octobre  : Le troisième petit Gris vient d’éclore !
Dans la belle matinée ensoleillée de ce début d’automne 9 octobre, tout petit numéro 3 a poussé le bout de son bec hors de son œuf!
Voici donc trois petits pour Monsieur et Madame Hugo. Monsieur Hugo accomplit son devoir de père nourricier avec ardeur : les mangeoires se vident à vue d’œil. Il faut dire qu’il y a maintenant 5 becs à nourrir dans cette volière.

Et dire qu’un éleveur voulait acheter ce couple, et que je ne me suis pas décidée à le céder pour plusieurs raisons :
1. J’ai toujours beaucoup de mal à me séparer de mes oiseaux.
2. Je ne voulais pas céder un couple pour la reproduction n’étant pas certaine qu’Hugo allait sortir de sa tristesse suite à la perte de sa première femelle.
3. Il m’était quasiment impossible de confier  » Hugo-le-malheureux » à un autre éleveur.
Et voilà, Mr et Mme Hugo ont trois petits…
À suivre…

Aucun commentaire »

URI pour Trackback| Flux RSS des commentaires

Vous voulez laisser un commentaire ?

Vous devez être connecté pour laisser un commentaire.